Aux dernières élections présidentielles, en 2017, le candidat Jean Lassalle n’avait obtenu « que » 1,21 % des suffrages exprimés. Il a cependant acquis une certaine notoriété et, s’il concrétise son annonce d’une nouvelle candidature en 2022, il est fort probable qu’il réalisera un meilleur score.

Aujourd’hui député, Jean Lassalle a son franc-parler et n’est donc pas spécialement apprécié des officines politico-médiatiques qui règnent sur la capitale, les métropoles et le pays autorisé. Il cumule de plus le « défaut » d’être enraciné et fermement attaché à certaines traditions… On ne le voit et l’entend donc que trop peu, mais les réseaux sociaux et des archives vidéo comblent régulièrement cette lacune.

Une vidéo de 2000 fait le buzz

Une vidéo d’une douzaine de minutes tournée dans l’intimité en juillet 2000 montre un jeune Jean Lassalle, alors conseiller général du département Pyrénées-Atlantiques :

Avec sa belle moustache et son accent inimitable, dignement vêtu d’une chemise blanche avec cravate toutes en décontraction, il conte alors à ses convives son premier enterrement en tant que maire de la petite commune béarnaise de Lourdios-Ichères, dans la vallée d’Aspe, non loin de Sarrance et d’Aramits, où nous avons eu la chance de nous rendre.

Ce que cela nous dit de Lassalle et de la France

Un côté bonne franquette et rabelaisien se dégage avec force naturel des propos du maire. Le tout se passe, on doit le faire remarquer, à table en fin de repas mais toujours devant un verre de vin ! Et il est question de messe, de curés… Que trouver de plus béarnais et de plus français ? C’est impossible à raconter, il faut l’écouter pour s’en imprégner et apprécier le tout.

Jean Lassalle incarne un certain sens commun, un certain bon sens et une certaine francité. Cela se fait rare au sein de la classe politique, et c’est fort dommage. Mais il faut continuer d’espérer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *